Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 26 Juin 2024 : Réunion publique « Le zéro artificialisation nette est-il en bonne voie ? »


Derniers articles


Support de l’exposé de la réunion publique du 27 juin


Projections-débats autour du film « Alliances terrestres »


Un nucléaire assoiffé et des EPR(s) hydrophiles...


Alerte : espèce protégée menacée sur la friche municipale de Bordeblanche à Toulouse


Prairie des Filtres juin 2024


Hommage à Claude Thirriot



Jeudi 6 Juin 2024 : Séminaire « Industrie : alternatives et stratégies face à la crise écologique »




Organisé par l’Atécopol (Atelier d’Ecologie Politique)

De 18h-20h30, Salle du Sénéchal, à Toulouse.

Ce séminaire verra débattre Paul Guillibert et Mireille Bruyère autour du mode de production industriel.
Peut-on et doit-on le conserver, ou plutôt, qu’est-ce que l’on peut en garder dans une société écologique ? Ses travailleurs ont-ils un rôle à jouer dans les changements nécessaires ? Un précédent Sémécol posait la question de l’avenir économique et industriel en ces termes : « déboulonner la mégamachine » ? Cette façon de penser la bifurcation par le démantèlement semble être de plus en plus partagée dans le milieu scientifique comme dans le milieu militant. Elle peut néanmoins s’opposer à d’autres visions stratégiques qui insistent, elles, sur la nécessaire réorientation de l’appareil productif. Le démantèlement, même soutenu par le développement de modes de production coopératifs plus proches des modes de faire artisanaux, est-il une condition incontournable de la bifurcation écologique comme le soutient Mireille Bruyère ? Les outils du marxisme sont-ils encore utiles pour créer les conditions nécessaires à une réorientation de la production comme le pense Paul Guillibert, à travers par exemple la grève écologique et de production ? S’il semble nécessaire d’engager une décroissance de la production d’un certain nombre de secteurs industriels, est-il possible de se passer de toute forme d’industrie (au sens de production de masse à l’aide de machines) ? Ces secteurs industriels sont-ils à la base d’un changement écologique radical ?

Paul Guillibert est philosophe et chercheur au CNRS à l’Université de la Sorbonne.
Mireille Bruyère est enseignante-chercheuse en économie à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès
La séance sera animée par Capucine Mouroux, doctorante en sociologie au CERTOP


Publié le samedi 25 mai 2024.