Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 22 Novembre 2017 : Conférence-débat sur le GPIII aux portes de Toulouse


Derniers articles


Vendredi 1 Décembre 2017 : Projection-débat autour du film “Into Eternity”


17e Forum Régional de l’Economie Sociale et Solidaire en Occitanie


Du 9 au 11 Novembre 2017 : Théâtre d’investigation, la trilogie “L’A-démocratie” de Nicolas Lambert


Contribution à l’enquête Publique sur le projet mobilités 2025- 2030 du SMTC


Mercredi 22 Novembre 2017 : Conférence-débat sur le GPIII aux portes de Toulouse


Mardi 17 Octobre 2017 : L’eau, quels enjeux sur Toulouse et la Métropole ?



Copenhague, les actions des Amis de la Terre international et Ecos du RAC




http://www.rac-f.org/rubrique.php3?...

Copenhague : les actions des Amis de la Terre international

Face à une crise écologique et sociale, les ATI ont appelé à la mobilisation pour Copenhague. Forte des 2 millions de personnes qu’ils représentent dans 77 pays, ils se sont associés à des mouvements sociaux, des organisations écologistes, politiques et scientifiques, ils ont appelé à une action urgente et radicale pour le climat.

Première manifestation : le 12 décembre2009 : « Marée humaine » de 10h à 13h du Klimaforum près de la gare centrale, à la Place du Parlement : tous en ponchos bleu

Coalition internationale : « Climate Justice Now » CJC

Coalition en France : « Urgence Climatique, Justice Sociale » UC-JS

Réclament :
- la Justice Climatique
- l’opposition à la compensation carbone
- La réduction de 40% des émissions de GES des pays industrialisés d’ici 2020, sans compensation
- Transfert d’argent des PI vers les PED pour les aider à développer des énergies propres
- Rejet du marché international et des fausses solutions (agro-carburants, nucléaire, capture et stockage du carbone, forêts)

Cette manifestation a réunie près de 10000 personnes de plus de 20 pays derrière les slogans
- « exigeons la justice Climatique »
- « non à la compensation carbone »
- « la compensation est une fausse solution »

Deuxième manifestation : le 12 décembre 2009 de 13h à 18h pour un accord « équitable, ambitieux et contraignant » de la place du Parlement au Bella Center

Plus de 200 pays dans la « Global Climate Coalition Action » ; 100000 manifestants dont Via Campésina, La marche Mondiale des femmes, les peuples indigènes et Amis de la Terre International pour un changement profond des systèmes économiques et des modes de vies pour faire face à l’urgence climatique

« Changeons le système ! Pas le climat ! »

Manifestation jeune, festive et non violente avec beaucoup de Danois et malgré une police surarmée (pas trop visible depuis la manif).

Le mouvement « Climate Justice Action », regroupant de très jeunes militants, a pu développer des stratégies de non violence active.

Faiblesse du mouvement syndical

En fin de manifestation remise des messages du rassemblement dans les mains du plus haut officiel de l’UNFCC (convention cadre des nations unies sur le changement climatique), Yvo Boer

{}

Pendant les 15 jours des négociations officielles, c’est tenu en parallèle le Klimaforum, animé par les Amis de la Terre International, Via Campésina, La Marche Mondiale des Femmes, Attac, peuples indigènes. Plus de 50000 personnes ont participé à : 150 débats, 60 expositions, des concerts, des films ; et ont permis, grâce à la liberté de parole, à la qualité de l’écoute, des échanges entre les mouvements du monde entier vers une « radicalisme pragmatique »

Une sélection de débats et conférences : « Dette, commerce finance et le changement climatique : à la racine de l’injustice sociale », « Pourquoi le marché carbone ne fonctionne pas » etc…

Le texte « Déclaration des peuples du Klimaforum09 » a été écrit par l’ensemble des organisations participantes du Klimaforom09. « Ils appellent à une transition juste et durable de nos sociétés vers un modèle qui garantisse le droit à la vie et à la dignité de tous les peuples et transmettre une planète plus fertile et des vies plus enrichissantes aux générations futures - in CP des ATF du 15/01/2010 »

Autres manifestations à Copenhague jusqu’au 18 décembre 2009 :

{{}}
- le 13 : la manifestation « attaquer la production ! » par blocage du port, est interdite
- le 13 : action de Via Campésina : pour la souveraineté alimentaire et la défense des productions vivrières et paysannes et contre l’agro-industrie
- le 15 : « prix de la sirène en colère » du pire lobbyiste à Monsanto pour le promotion des OGM comme solution au changement climatique et incitation à l’usage d’agro carburants (déforestation), Monsanto demande le financement du soja OGM par les Mécanismes de Développement Propres (MDP). Deuxième et troisième prix à Shell et Institut Américain du pétrole.
- Le 14, les ATI avaient soutenu, en ponchos bleu et en tapant dans les mains, les pays africains qui demandaient la poursuite du protocole de Kyoto.
- Le 15, ils demandaient à voix haute à l’UE d’être plus ambitieuse dans les négociations et d’en prendre le leadership
- Le 16 : sit-in des AT International dans le hall du Bella Center car refus de valider les badges d’entrée soit à 96 personnes de 36 pays (idem Via Campésina et d’autres ONG), soutenus par José Bové.
- Le 16 nouvelle manifestation non violente : « Reclaim power » de 5000 à 10000 personnes beaucoup d’arrestations arbitraires
- Le 17 : manifestation (2000 personnes) pour dénoncer l’exclusion des ONG et des mouvements sociaux du centre officiel des négociations et exiger la libération des prisonniers (1800 personnes)

Résultats de Copenhague :{}

Alors que Kyoto avait été signé par 160 pays, même les USA (184 à ce jour) et que 38 pays s’étaient engagés à réduire leurs émissions de GES de 5% par rapport à 1990 pour 2008-2012 ; Copenhague a abouti à une vague déclaration et pas du tout signé par les 193 pays présents donc sans valeur dans ce cadre de l’ONU où tout doit se décider à l’unanimité.

Les objectifs chiffrés de réduction pour 2020 renvoyés au 31 janvier 2010, l’objectif de réduction de moitié des émissions en 2050 n’est même pas retenu (2°C correspondent à 3,5°C à 4,5°C pour l’Afrique).Les financements dérisoires : 30 milliards de dollars pour 2010-2012, et 100 milliards d’euros par an d’ici 2020 pour le PED

Extraits du CP des ATF le 18 décembre :

La conférence de Copenhague n’a même pas réussi à suivre la feuille de route fixée à Bali il y a deux ans Elle est en deçà des objectifs qui étaient fixés, notamment en termes de réductions des émissions de GES dans les pays industrialisés (qui étaient de -25 à -40% à Bali).{}

La conférence de Copenhague, qui était la dernière chance de ne pas dépasser 2 ° de hausse de la température mondiale en 2100, se termine en échec patent. C’est le résultat d’un système basé sur l’égoïsme des grandes puissances. L’incapacité des dirigeants du monde à se mettre d’accord et à remettre en cause un modèle de société insoutenable aura des conséquences dramatiques pour l’humanité toute entière, et en premier lieu pour les populations des pays les plus pauvres. La mobilisation historique et large de la société civile va s’amplifier dans les mois à venir pour réclamer la justice climatique et développer des sociétés soutenables alternatives.

Pour Nnimmo Bassey, président des Amis de la Terre :
 : "Copenhague est un échec misérable. La justice climatique a été oubliée et la déclaration finale condamne des millions de personnes, parmi les plus pauvres, à la faim, la souffrance et la mort avec l’accélération des changements climatiques. Nous sommes écœurés par le refus des pays riches à assumer leurs responsabilités, notamment les États-Unis qui sont les plus grands pollueurs historiques. Ils sacrifient des nations entières pour perpétuer leur gabegie. Pour M. Obama, c’est le sommet de la honte ».

Pour Claude Bascompte, président des Amis de la Terre France : « Les citoyens ne seront pas dupes de cette déclaration en trompe l’œil, non contraignante juridiquement, non chiffrée en terme de réductions des émissions des pays riches d’ici 2020, et non financée pour rembourser la dette climatique des pays riches à l’égard des pays du Sud. L’échec de Copenhague est un arrêt de mort pour de nombreux États insulaires. Ce seront également des millions de déplacés environnementaux supplémentaires du fait des sécheresses, de la montée des eaux et des événements climatiques extrêmes de plus en plus fréquents comme les ouragans ou les inondations. »

Copenhague et après ?

Copenhague aura aussi montré que, si les pays riches ont choisi de reculer, refusant toute remise en cause de leur système et d’un modèle de société insoutenable et inéquitable, la mobilisation citoyenne s’amplifie.

Claude Bascompte poursuit : « La seule réussite de Copenhague aura été la centaine de milliers de citoyens qui se sont mobilisés pour réclamer des actions urgentes et fortes. Leur voix grandit et les Amis de la Terre, au niveau international, national et local, continueront à impulser et appuyer cette lutte pour la justice climatique. »
« Un mouvement prend de l’ampleur en faveur de la justice climatique, et de plus en plus de personnes et d’organisations le rejoignent. Chacun doit faire pression sur son gouvernement ou sa collectivité pour faire entendre la voix des populations affectées par les changements climatiques. Et chacun doit se mobiliser pour promouvoir les transitions vers des sociétés soutenables : nous avons des solutions concrètes, locales, efficaces, justes et démocratiques que nous allons mettre en œuvre, car nos gouvernements se montrent incapables de le faire. »

Localement le collectif Copenhague31 est relancé, une première réunion le 14 janvier, initiée par ATTAC, proposait de prolonger ce collectif. Une prochaine réunion est proposée 11 février.

Au niveau national : Rencontre nationale pour l’urgence climatique le 6 février de 9h30 à 18h
A partir de la déclaration des peuples du Klimaforum, « Changez le système, pas le climat »
Proposé par le collectif UC-JS, cette rencontre a été ouverte à tous, OGN, Mouvements sociaux, membres de collectifs locaux ou nationaux, individus, pour échanger et construire ensemble un grand mouvement pour le climat et la justice sociale
Le futures échéances : Bonn en mai-juin, puis Mexico (Cancun) en novembre-décembre.

Voir site : http://climatjustice.org

Rose Frayssinet
Toulouse le 26 février 2010


Publié le jeudi 7 janvier 2010.