Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 27 Juin 2018 : soirée de Remue-Méninges "ENSEMBLE se Battre contre l’Effondrement Sociétal, Rassembler nos Actions pour Construire un Autre Monde"


Derniers articles


Samedi 23 Juin 2018 : Déambulation citoyenne " L’eau pour la vie, pas pour les profits ! "


Notre contribution à l’enquête publique sur le PLUi-H de Toulouse Métropole


Mercredi 23 Mai 2018 : Soirée d’information et débat "La tour des mensonges"


Samedi 19 Mai 2018 : On fait la fête à Monsanto & Co


Pétition : La France doit signer le Traité d’interdiction des armes nucléaires


Vendredi 6 Avril 2018 : Projection-débat "Fukushima : Les voix silencieuses"



De la multiplication des petits cochons ! au Tribunal Administratif




Nous vous avions alertés au sujet de l’extension d’une porcherie industrielle autorisée par l’administration pour l’EARL de la Blancharderie à Balaguier-sur-Rance en Aveyron (Feuille Verte n°229 de février-mars 2012). De 624 porcs, elle passerait à 1 548 « animaux-équivalents » !! Après étude des dossiers portés à l’enquête publique, les Amis de la Terre Midi-Pyrénées constatent un très grand nombre de manquements pour la protection de l’environnement : insuffisance de l’état initial des sols, insuffisance et incomplétude de l’étude hydrogéologique, insuffisance du plan d’épandage et de l’évaluation des incidences des émissions phosphorées sur l’environnement, des prélèvements en eau, etc. Comme nous l’écrivions déjà : « Ce type d’élevage hors sol n’apporte pas de contribution significative à la vie de nos campagnes en termes d’emploi et d’aménagement du territoire. Il se fait au détriment d’une agriculture paysanne, de productions qualitatives qui ont fait la réputation du Rouergue et du tourisme rural, au profit d’une production bas de gamme (accompagnant des labels bas de gamme) ayant provoqué la disparition de la grande majorité des éleveurs ». Aussi allons-nous attaquer cette décision avec l’Association pour le développement durable des Pays de la Vallée du Tarn et la Fédération pour la Sauvegarde du Pays des Grands Causses. Après délibération de notre Conseil d’Administration du 8 mai 2012, nous avons déposé un recours en annulation contre l’arrêté du 20 mai 2011 autorisant l’extension et mandaté à cette fin Maître Alice Terrasse, avocate au barreau de Toulouse.


Publié le mercredi 19 septembre 2012.