Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 23 Janvier 2019 : Participez au grand défi du repas de 100 km !


Derniers articles


Jeudi 31 Janvier 2019 : Soirée débat "Sortir de l’effondrement par le communalisme"


Dimanche 27 Janvier 2019 : Marche et Forum pour le climat


Important rejet de gaz radioactifs à la centrale nucléaire de Golfech : EDF convoquée au tribunal le 13 décembre


Barrages-réservoirs : l’escroquerie de l’institution Adour


L’eau pour la vie, pas pour les profits !


Autoroute Castres Verfeil : un cadeau aux lobbies et une arnaque pour le public !



Les Amis de la Terre Australie toujours en pointe sur les nanos




Difficile de savoir si les produits que l’on achète contiennent des nanomatériaux ? Ils peuvent être intégrés dans tout type d’objets de la vie quotidienne : produits de beauté, vêtements, appareils électroménager, équipements de sport, vitres et matériaux de construction, voitures, aliments, etc.

Les réglementations européennes qui rendront l’étiquetage des nanomatériaux obligatoire, ne sont pas encore rentrées en application. La France a mis en place un dispositif de déclaration annuelle des substances à l’état particulaires pour toutes entreprises et laboratoires de recherche publics et privés ayant une activité impliquant une quantité minimale de 100 grammes d’un nanomatériau. Cette déclaration est applicable à partir de juin 2013, mais le consommateur aura bien du mal à disposer de cette information qui n’est pas accessible au public.

Les Amis de la Terre Australie avaient porté plainte, l’été dernier, contre Antaria Ltd. pour tromperie sur la marchandise. Selon le site de Veille Nanos d’AVICEN, « Antaria aurait dupé ses clients - des entreprises cosmétiques fabricant des crèmes solaires - en niant le caractère nanométrique de l’oxyde de zinc contenu dans l’ingrédient ZinClear qu’elle leur a vendu, alors même que d’autres documents de l’entreprise prouvaient qu’elle connaissait sa composition nanométrique. "Trompées" par Antaria, plusieurs marques de cosmétiques avaient utilisé la mention "sans nano" comme argument de vente. L’ingrédient ZinClear avait même été certifié bio par Ecocert dont le cahier des charges vise à garantir, notamment, l’absence de nanoparticules des "cosmétiques écologiques et biologiques".

Nos camarades Amis de la Terre australiens ont publié, le 20 décembre 2012, sur leur site, un communiqué relayant qu’Antaria a finalement reconnu le caractère nanométrique du ZinClear .L’autorité de contrôle australienne de la consommation et des fraudes, devra dire s’il y a eu tromperie sur la marchandise et donner raison aux AT Australiens.


Publié le lundi 1er avril 2013.