Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 27 Septembre 2017 : Débat sur le projet de la tour Occitanie


Derniers articles


Contribution à l’enquête Publique sur le projet mobilités 2025- 2030 du SMTC


Automatisation, robotisation et emploi


Sur les traces du premier simplicitaire volontaire : un Yankee Français au Canada


Téléphérique Urbain Sud (TUS)


Coopérative Citoy’enR : l’energie citoyenne de l’agglomération toulousaine


Samedi 23 et Dimanche 24 Septembre 2017 : Alternatiba Toulouse



Mardi 13 Mai 2014 : Soirée – débat sur T.A.F.T.A. à Ramonville St Agne




SALLE PAUL-LABAL à 20h30 (Prés de la médiathèque)
Entrée libre.

(Particulièrement d’actualité puisque les élections européennes vont élire des députés qui auront à se prononcer sur la ratification de ce texte).

Venez nombreux débattre et poser des questions à nos deux invités :

- Jean Sineau : Membre d’Attac Toulouse et membre de la commission Crises.
- Pierre Besse : Agriculteur, membre des mouvements national et international des AMAP.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Depuis le mois de juillet 2013 des négociations sont menées en notre nom, entre les États Unis et l’Union Européenne pour la mise en place d’un accord de Partenariat Transatlantique sur le Commerce et l’Investissement (PTCI ou TAFTA en anglais).
Ces négociations n’ont pu se tenir que grâce à l’accord de tous les gouvernements des pays de l’UE. Cette démarche constitue un déni démocratique puisqu’elle se déroule d’une part en toute opacité à l’encontre du citoyen et de ses élus, et d’autre part en toute concertation avec les grands groupes et leurs lobbys.
Cet accord bilatéral vise à démanteler les droits de douane entre les États Unis et l’Union Européenne. Il vise également au rabotage systématique des normes de protection du consommateur et de l’environnement, celles-ci étant explicitement qualifiées « d’obstacles non tarifaires ». Enfin il institue une sorte de tribunal privé qui statuera sur toutes les plaintes que pourront déposer les entreprises à l’encontre des États ou les Collectivités locales qui auront pris des mesures, par exemple en application du principe de précaution, et qui auront empêché l’entreprise de réaliser le profit qu’elle escomptait.
Un tel accord, s’il aboutit, enlèvera l’essentiel du contrôle que le citoyen possède encore sur les règles de la vie en société et menacera nombre de secteurs économiques, dont l’agriculture en premier lieu.

Contact pour infos sur la soirée :

Berlan Roger : 06-74-53-70-76
Bréfel Roland : 06-67-85-42-04


Publié le lundi 28 avril 2014.