Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 25 Octobre 2017 : Soirée débat "Après les plantes, les animaux génétiquement modifiés seront-ils bientôt dans nos assiettes ?"


Derniers articles


Du 9 au 11 Novembre 2017 : Théâtre d’investigation, la trilogie “L’A-démocratie” de Nicolas Lambert


Contribution à l’enquête Publique sur le projet mobilités 2025- 2030 du SMTC


Mardi 17 Octobre 2017 : L’eau, quels enjeux sur Toulouse et la Métropole ?


Mercredi 25 Octobre 2017 : Soirée débat "Après les plantes, les animaux génétiquement modifiés seront-ils bientôt dans nos assiettes ?"


Automatisation, robotisation et emploi


Sur les traces du premier simplicitaire volontaire : un Yankee Français au Canada



Mardi 3 novembre 2015 : atelier autour de "L’Hydre mondiale : L’oligopole bancaire"




à 20h30 à la Maison des Associations, 3 place Guy Hersant (face au n° 75 de la rue du Férétra) - M° Empalot)
Espaces Marx avec les AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE et l’Université Populaire de Toulouse organisent, à la suite de sa présentation le du 15 septembre dernier, un atelier avec François Morin autour de son dernier ouvrage intitulé "L’hydre mondiale - L’oligopole bancaire" (Lux - 2015) - Le nombre de places étant limité à 35 personnes il est souhaitable de s’inscrire à l’adresse suivante : inscription Espaces Marx luc.brossard (chez) numericable.fr

"« Too big to fail », constatait-on durement en 2008, alors que la faillite de Lehman Brothers mettait l’économie mondiale à genoux. Trois ans plus tard, le G20 reconnaissait l’existence de 28 banques dites « systémiques », à la puissance telle que la défaillance d’une seule pourrait nous faire derechef culbuter dans l’abîme.
Ces 28 banques, explique François Morin, constituent un oligopole qui est tout sauf d’intérêt public. Leur position dominante leur confère de facto des pouvoirs analogues à ceux des grandes institutions publiques – notamment la capacité de fixer le prix de l’argent – sans bien sûr partager ni leurs objectifs ni leurs devoirs. À coups de prises de risques massives et d’ententes frauduleuses, elles fragilisent les marchés, mais surtout exercent une influence politique telle qu’on chercherait en vain des puissances publiques en mesure de faire contrepoids. Faut-il chercher plus loin les causes de la crise politique qui traverse les démocraties occidentales ?
Faisant parler des données inédites, François Morin se montre catégorique : si nous voulons mettre les citoyens à l’abri de désastres financiers à venir, il nous faut abattre l’hydre bancaire et rapatrier la monnaie dans le giron du public."
François Morin est Professeur émérite de sciences économiques à l’Université de Toulouse, François Morin a été membre du conseil général de la Banque de France et du Conseil d’analyse économique. Il a notamment publié Un monde sans Wall Street (Seuil, 2011) et La grande saignée (Lux, 2013).

Pus d’info sur Démosphère


Publié le samedi 31 octobre 2015.