Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 27 Septembre 2017 : Débat sur le projet de la tour Occitanie


Derniers articles


Contribution à l’enquête Publique sur le projet mobilités 2025- 2030 du SMTC


Mardi 17 Octobre 2017 : L’eau, quels enjeux sur Toulouse et la Métropole ?


Automatisation, robotisation et emploi


Sur les traces du premier simplicitaire volontaire : un Yankee Français au Canada


Téléphérique Urbain Sud (TUS)


Coopérative Citoy’enR : l’energie citoyenne de l’agglomération toulousaine



Dimanche 29 novembre 2015 : MARCHE Mondiale pour le climat à Toulouse




Malgré l’interdiction de la manifestation par la Préfecture de la Haute-Garonne, nous étions quelques 3000 personnes dans la chaîne humaine à réclamer :


"Des actions concrètes pour sauver la planète !"
"Sortir du nucléaire pour sauver la planète !"
"Sortir des fossiles pour sauver la planète !"
...







L’appel était le suivant :

CHANGEONS LE SYSTÈME, PAS LE CLIMAT !

Nous vous proposons de retrouver les anti-nucléaires et les Amis de la Terre Midi-Pyrénées place Jeanne d’Arc à 13 h, vêtus de gilets jaunes ou de combinaisons blanches et si vous pouvez venir munis de poussettes ou de landaus pour rappeler notre dette radioactive auprès des générations futures. Et nous rejoindrons ensuite ENSEMBLE la marche de la coalition Climat qui partira à 14 h du Capitole

Cette marche est organisée par la Coalition Climat 21 — grande cause nationale rassemblant plus de 140 organisations locales, nationales et internationales incluant ONG, associations et syndicats — dans toutes les
grandes villes du monde. Elle a pour but de montrer une volonté forte des citoyens pour que des mesures justes et efficaces contre le dérèglement climatique soient prises lors de la conférence internationale sur le climat qui
se tiendra à Paris en décembre 2015 (COP21). Celle-ci est en effet marquée par l’insuffisance des propositions face aux dangers d’emballement du dérèglement climatique avant 2100, par l’opacité des négociations et la participation de grands lobbies connus pour leurs activités polluantes.


Mobilisons-nous !

Comme des millions de citoyen·ne·s à travers le monde, participons à la « Marche mondiale pour le Climat » dimanche 29 novembre pour :

 exiger des gouvernants et des instances mondiales qu’ils prennent enfin des décisions efficaces pour limiter la hausse des températures sur la planète ;

 démontrer notre détermination à changer ce système — responsable à la fois du dérèglement climatique et d’innombrables injustices sociales — et affirmer l’existence d’alternatives concrètes.

Parce que le dérèglement climatique est déjà là

Les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, avec des effets désastreux : acidification des océans, fonte des glaciers, réduction des calottes glaciaires, hausse du niveau de la mer, multiplication des
phénomènes climatiques extrêmes, etc. Cette situation menace des millions de personnes, et en premier lieu les populations les plus déshéritées, qui seront condamnées à grossir les rangs des réfugiés climatiques.

Le constat est alarmant et pourtant, le gouvernement français continue d’apporter son soutien à des firmes comme TOTAL, au programme nucléaire, sans parler des ventes d’armes et de la reprise scandaleuse des travaux à Notre-Dame-des-Landes...

Nous sommes tou(te)s concerné(e)s ! Un véritable sursaut de l’humanité est nécessaire pour que soient prises des mesures réellement efficaces.

Les constats sont alarmants mais des alternatives existent !

ORIENTONS-NOUS VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Adoptons un modèle plus sobre, moins polluant, plus indépendant, en s’appuyant à la fois sur des économies et une diversification vers les énergies renouvelables (ni fossiles, ni nucléaires, ni agro-industrielles). Libérons-nous des énergies fossiles responsables de près de 80% des gaz à effet de serre, et promouvons à grande échelle les
énergies renouvelables telles que les énergies éolienne et solaire (cf. Négawatt, Afterres2050, Enercoop, etc.).

Cette transition sera une source d’emplois de qualité, plus nombreux et plus pérennes que dans les secteurs énergétiques traditionnels.

POUR UN MODE DE VIE DURABLE, SORTONS DU CYCLE INFERNAL CONSUMÉRISME/PRODUCTIVISME

Transport, nourriture, habitat, recyclage des matériaux : des alternatives existent, plus écologiques (entrainant moins d’émissions de gaz à effet de serre), plus économiques, et meilleures pour notre santé !
Soyons acteurs localement, avec les citoyen(ne)s et auprès des collectivités, et agissons pour une relocalisation de toute l’économie au plus près des besoins.

SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE ET AGRICOLE

Pour garantir la sécurité alimentaire et le droit à l’alimentation dans un monde de contraintes climatiques, sortons de l’économie de marché et de l’industrialisation à outrance. L’agriculture doit être réorientée pour
qu’elle remplisse sa fonction sociale, économique et écologique de manière durable.

OUI À LA SOLIDARITÉ ENTRE LES PEUPLES, NON AUX TRAITÉS COMMERCIAUX DICTÉS PAR LES
MULTINATIONALES

Libérons-nous de l’emprise des multinationales qui ont une grande part de responsabilité dans le dérèglement climatique et exercent en plus un lobbying scandaleux auprès des institutions. Relocalisons les économies au lieu de promouvoir le libre-échange par le biais de traités (TAFTA, CETA, etc.) qui généralisent une compétition internationale, avec un schéma énergétique insoutenable (encore plus dépendant de l’extraction et de
l’utilisation des énergies fossiles). Se soumettre à ces traités anéantirait toute ambition de maîtriser le changement climatique.

AVEC LA COOPÉRATION ET LA SOLIDARITÉ, ENLEVONS L’ÉCONOMIE DES MAINS DES SPÉCULATEURS
FINANCIERS

Renonçons aux grands projets inutiles et imposés, énergétivores, destructeurs de l’environnement et gaspilleurs d’argent public (comme Notre-Dame-des-Landes ou le barrage de Sivens). Luttons contre la privatisation des biens communs (comme la gestion de l’eau ou l’aéroport de Blagnac), et contre la priorité donnée aux équipements coûteux (comme la L.G.V.), au détriment des solutions profitables à tou(te)s les citoyen(ne)s.

Valorisons des projets locaux pour une autonomie territoriale, dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux.

Quel monde souhaitons-nous laisser à nos enfants ?

Défendons la justice sociale et la justice climatique pour que soit entendue la voix de la société civile, pour dénoncer les responsables et les attentistes, mais surtout pour porter les alternatives crédibles. Faisons entendre notre voix, une autre voie !

Le monde que nous souhaitons est à notre portée : mettant l’économie au service des humains et de la planète, permettant à tou(te)s de vivre décemment de son travail, de respirer un air sain dans un environnement préservé, et assurant des modèles de développement pérennes pour tou(te)s au nord comme au sud.

À Toulouse le dimanche 29 novembre, marchons pour le climat.

Les 35000 participants de l’événement Alternatiba Toulouse témoignent de la forte mobilisation citoyenne : nous serons les acteurs et actrices de cette journée.
Elle servira à porter nos exigences, et à montrer notre force collective dans une ambiance de fête populaire, avec déguisements, maquillage, musique et chants, des "rubans de l’espoir", une "marche lente", et des jeux et
animations festives en conclusion.

Pour aller plus loin, tous au rassemblement international à Paris les 11 et 12 décembre !

Nos actions collectives et individuelles sont déterminantes

Citoyen(ne)s et organisations solidaires de la "Coalition Climat 21" à Toulouse : Alternatiba, Amis de la Terre, ATTAC, C.C.F.D., Copernic, DAL, FAL, FSU, Mouvement de la Paix, Réseau Sortir du Nucléaire, Solidaires, U.P.T.


Publié le mardi 1er décembre 2015.