Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


jeudi 12 mars 2020 : "Privatiser ou mettre en commun"


Derniers articles


Vendredi 14 Février 2020 : NUCLÉAIRE mon Amour, ... la SOUS-TRAITANCE


Petite histoire urbaine de Toulouse Euro Sud Ouest (TESO)


Manifeste pour l’interdiction des plastiques à usage unique d’ici 2025


Le président des Amis de la Terre France en garde à vue !


Samedi 14 Mars 2020 : ANNULATION de la Marche Pour Le Climat à Toulouse


Grand Oral pour le Climat : Publication de la synthèse



Jeudi 17 Novembre 2016 : Table ronde sur l’accaparement de l’eau




à 20 h 30 Salle du Sénéchal (17, rue de Rémusat à Toulouse)

Le collectif contre l’accaparement des terres a prévu, dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale 2016, d’organiser une “Table ronde sur l’accaparement de l’eau”
animée par Christian Moretto journaliste engagé à radio Occitanie.

Avec la participation de :

Hervé Douville, spécialiste de climatologie à Météo France
Joël Marty, responsable des actions de solidarité au sein de l’Agence du Bassin Adour-Garonne
Lucien Sanchez, membre de Eau Secours 31
Bernard Drobenko, universitaire, spécialiste de droit public et environnemental

""La terre sans l’eau n’est qu’un désert aride. La privatisation et l’accaparement des ressources naturelles par les industries et multinationales de la boisson, des mines, du pétrole, de l’énergie ou de l’agroalimentaire qui leur permet d’extraire des millions de mètres cubes d’eau à leur seul avantage alors même que les populations locales en manquent, est un véritable déni de droit.
Déjà, et alors que le changement climatique en cours va accentuer les problèmes d’approvisionnement en eau, des paysans, des communautés autochtones et traditionnelles luttent pour leur droit à vivre.
Seuls des droits politiques assurant pour tous un droit à l’information, à la participation politique et l’accès à la justice mais aussi permettant aux communautés autochtones ou traditionnelles une certaine forme de souveraineté pourraient établir un véritable équilibre entre les entreprises, les pouvoirs politiques et les communautés.""


Publié le mercredi 9 novembre 2016.