Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 Octobre 2018 : Permaculture


Derniers articles


Samedi 13 Octobre 2018 : « PLUS QU’UNE MARCHE POUR LE CLIMAT »


Dimanche 21 Octobre 2018 : Le bal des Faucheurs


Jeudi 27 septembre 2018 : Vélo Parade du Tour Alternatiba


Dimanche 30 Septembre 2018 : Foire GARO’BIO


Dimanche 30 Septembre 2018 : Eau, mon amour ! Débats et concerts au Port Viguerie


Dimanche 23 Septembre 2018 : Village des Alternatives à Ramonville



Mercredi 24 Mai 2017 : soirée débat “Robotisation, Automatisation et CHOMAGE”




« Les numériciens de l’Agence Roland Berger parlaient déjà en 2014 d’une estimation à 41% du risque de destruction des emplois du fait de l’automatisation. Mais en ce début d’année 2017, le Conseil d’Orientation pour l’emploi » (C.O.E.) ramènerait la probabilité à moins de 10%.
L’intervalle entre les deux probabilités est énorme. On peut se poser la question de la définition de cette estimation : s’agit-il de la perte d’emplois réels existant actuellement sans tenir compte de l’apparition d’emplois nouveaux en grand nombre ou bien de l’évaluation de la différence entre le nombre d’emplois perdus et le nombre d’emplois qui n’existent pas encore ? Cela s’est déjà passé dans l’histoire où le transport fondé sur le cheval a été avantageusement remplacé par le transport mécanique ?

La presse par ses images de robots androïdes telles que ses geishas japonaises et son robot humanoïde PYRENE de nouvelle génération du laboratoire toulousain LAAS-CNRS, donnerait peut-être une idée rétrécie de l’automatisation.
Bien sûr, il y a une part dans les machines de plus en plus automatisées et de plus en plus autonomes dans l’industrie et le commerce. Mais l’automatisation se glisse partout. Dans les entreprises publiques où l’on supprime des guichets, comme à la poste où les employés circulent au-devant des clients, en attendant d’arriver à la retraite, pour expliquer aux clients (usagers), comment utiliser les nouvelles bornes automatiques.

Au Ministère des finances, les possibilités offertes par le magnifique développement des télécommunications permet de faire faire par les contribuables les documents prêts à l’archivage, dont s’occupaient il y a peu de temps les fonctionnaires à leur bureau, des déclarations sur papier. …. Là aussi, on attend l’heure de la retraite pour éclaircir les rangs.

Alors, que deviendront demain les jeunes à la recherche d’emploi ? Certains politiques ont parlé d’allocation universelle ou de revenu de vie encore bien utopiques malgré les efforts de Benoît Hamon.
Il sera bon aussi de regarder les quelques initiatives envisagées au delà de nos frontières (Finlande par Exemple).
Le problème est posé déjà immédiatement pour un très proche avenir (une décennie ?) et pour le milieu du 21° siècle.

Et ainsi comment pourrait se faire le nouveau partage du travail (restant ou à inventer ) avec une redistribution des ressources réelles ?

Soirée débat animée par Claude THIRRIOT ( Professeur ENSEEIHT)

A 20h30, salle Castelbou, voir la localisation

Entrée libre


Publié le lundi 8 mai 2017.