Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 25 Octobre 2017 : Soirée débat "Après les plantes, les animaux génétiquement modifiés seront-ils bientôt dans nos assiettes ?"


Derniers articles


Du 9 au 11 Novembre 2017 : Théâtre d’investigation, la trilogie “L’A-démocratie” de Nicolas Lambert


Contribution à l’enquête Publique sur le projet mobilités 2025- 2030 du SMTC


Mardi 17 Octobre 2017 : L’eau, quels enjeux sur Toulouse et la Métropole ?


Mercredi 25 Octobre 2017 : Soirée débat "Après les plantes, les animaux génétiquement modifiés seront-ils bientôt dans nos assiettes ?"


Automatisation, robotisation et emploi


Sur les traces du premier simplicitaire volontaire : un Yankee Français au Canada



Jeudi 1er Juin 2017 : Projection / débat autour du film « Iitaté : Chroniques d’un village contaminé II »




Soirée à l’initiative des Amis du Monde Diplomatique Toulouse, des Amis de la Terre Midi-Pyrénées, de ATTAC Toulouse

Film documentaire de Toshikuni DOÏ :

Nous sommes en 2013, deux années ont passé depuis l’accident de la centrale de Fukushima et l’évacuation du village d’Iitaté. Les membres de deux familles d’éleveurs, de ce village situé à 60 km des réacteurs de Fukushima Dai-ichi, vivent désormais dispersés.

Les anciens retournent parfois chez eux honorer leurs morts ou fêter la fin de l’année.

Mais leurs petits-enfants sont absents : ce serait prendre trop de risques.

Les jeunes adultes, eux, aujourd’hui sans terre, sont devenus des salariés.

Ces villageois disent leur colère, leur sentiment d’humiliation et de trahison. Ils disent surtout leur attachement à leurs bêtes, à leur terre, à leur culture paysanne, à leur famille.

Après un premier documentaire sur l’évacuation du village d’Iitaté, qui a obtenu un prix au Japon au festival du documentaire de Tuifuin, Toshikuni Doï a souhaité recueillir le sentiment des familles déplacées. Son regard s’est lui aussi déplacé...

« Qu’est-ce que le pays natal pour l’être humain ? » « Qu’est-ce que la famille ? », demande ainsi le réalisateur, qui qualifie l’histoire de ces villages évacués et de leur habitants désormais réfugiés de « Palestine japonaise ».

à 18 h 30

avec Kolin Kobayashi, journaliste japonais

Espace des Diversités et de la Laïcité
38, rue d’Aubuisson à Toulouse (Métro François Verdier ou Jean Jaurès)

Entrée libre


Publié le mercredi 17 mai 2017.