Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 26 Juin 2019 : Soirée - Débat "Eau secours ! Ils veulent nous piquer nos barrages !"


Derniers articles


Toulouse-Plages 2019 et "ma" Prairie des Filtres


PAPUS veut garder ses arbres et ses espaces verts !


Nous ne voulons pas de l’urbanisme industriel de Toulouse EuroSudOuest ! NON à TESO !


Le Collectif LA MAISON à Ramonville Saint-Agne


Ma vision de l’Economie Circulaire


URGENCE CLIMATIQUE



Pacte Finance-Climat




Par Hervé Cellard, référent 31 du Pacte Finance-Climat

Urgence climatique et petits pas

Le dernier rapport du GIEC (Groupement des Experts sur le Climat) en octobre 2018 n’a fait que confirmer le cri d’alarme des 15 000 scientifiques du monde entier de novembre 2017.
Il sera bientôt trop tard pour limiter la hausse de la température mondiale de surface à moins de 1.5 voire 2°C par rapport au début de l’ère industrielle et les scientifiques s’accordent pour dire qu’il faut cibler zéro émission nette de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050 pour ne pas dépasser ces seuils et diviser par 2 nos émissions dès 2030.
Or les émissions mondiales de GES ont en fait encore augmenté en 2017 et 2018 (de 2 à 3% par an), y compris en France.

Un chantier colossal

Pour y arriver il faut non seulement remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables, mais aussi diviser par 2 au moins nos consommations globales d’énergie. Cela signifie isoler tous les bâtiments publics et privés, changer de mode de transport, transformer le modèle agricole, entre autres, tous changements qui demandent des investissements de l’ordre de 1115 milliards d’euros chaque année d’après la Cour des Comptes Européenne et supérieurs à 50 milliards par an pour la France seule.
Ce n’est pas la politique des petits pas, menée jusqu’à présent par le gouvernement d’E. Philippe, qui permettra de financer la transition énergétique et par exemple d’isoler les 700 000 logements par an qui doivent l’être pour respecter la trajectoire 2°C maximum.

Où trouver cet argent ? L’association « Agir pour le climat »

Deux personnalités ont fondé l’association « Agir pour le climat », dont le seul but est la promotion du Pacte Finance Climat (PFC), initiative trans-partisane et européenne pour financer la transition énergétique à la hauteur des enjeux climatiques. Il s’agit du climatologue Jean Jouzel (ancien vice-président du GIEC) et de l’ingénieur agronome et économiste Pierre Larrouturou.
Depuis début 2018 plus de 500 élus, personnalités de la société civile ou représentants d’ONG les ont rejoints dont nombre d’européens.Un réseau de collectifs locaux a été créé en France pour soutenir l’initiative dont le collectif 31.

Nos propositions

1/ Mettre la création monétaire au service du climat
De 2015 à 2017 la BCE (Banque Centrale européenne) a créé 2500 milliards d’euros (oui ! il n’y a pas de faute de frappe) « pour soutenir la croissance européenne ». Cet argent a été mis à la disposition des banques commerciales quasiment sans contraintes et très peu de contrôles, mais seulement 11% de ces sommes ont servi à financer les entreprises. Le reste est allé à la spéculation et a permis une augmentation jamais vue auparavant des cours de la Bourse jusqu’à l’été 2018, si bien que le FMI redoute une nouvelle crise financière mondiale pire que celle de 2008.
Nous proposons donc de créer une Banque du Climat, filiale de la BCE, dotée du même budget (1000 milliards d’euros par an) mais ce budget fléché vers les investissements verts (publics et privés)
. Chaque pays européen disposerait ainsi de prêts à taux zéro à hauteur de 2% de son PIB (45 milliards par an pour la France).
2/ Créer un vrai budget Climat au niveau européen
En 40 ans le taux moyen d’imposition sur les bénéfices des entreprises privées a été divisé par 2 en Europe (il est de 19% maintenant) et ramené par Trump aux USA de 38 à 24 %.
Nous proposons donc de créer un impôt européen sur les bénéfices non réinvestis de l’ordre de 5% (la plupart des grandes entreprises reversent au moins 50% de leurs bénéfices aux actionnaires sous forme de dividendes et rachats d’actions), ce qui permettrait de dégager un budget climat européen d’environ 100 milliards d’euros par an.

Une facture divisée par 2 pour les entreprises et les particuliers

Le détail de nos propositions est décrit sur le site pacte-climat.eu où vous pouvez aussi signer le pacte et interpeller vos élus.

Nous rejoindre :
Le PFC est soutenu nationalement par tout un réseau d’associations dont les Amis de la Terre et vous pouvez nous rejoindre pour participer à nos actions à l’adresse mail suivante : collectif31 (chez) climat-2020.eu

Nos actions se déclinent en 3 axes :
- la recherche du soutien des élus nationaux et locaux,
- l’organisation de conférences, débats et réunions publiques
- la participation à la mobilisation citoyenne en faveur du climat.


Publié le dimanche 10 mars 2019.