Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 26 Juin 2019 : Soirée - Débat "Eau secours ! Ils veulent nous piquer nos barrages !"


Derniers articles


Toulouse-Plages 2019 et "ma" Prairie des Filtres


PAPUS veut garder ses arbres et ses espaces verts !


Nous ne voulons pas de l’urbanisme industriel de Toulouse EuroSudOuest ! NON à TESO !


Le Collectif LA MAISON à Ramonville Saint-Agne


Ma vision de l’Economie Circulaire


URGENCE CLIMATIQUE



Nos adieux à un Géant




Par Joël Cremoux, des Amis de la Terre Midi Pyrénées

Airbus va stopper la production des A380

Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées disent adieu à ce « cher » Géant, sans aucun regret mais avec beaucoup d’amertume.

Que de dégâts environnementaux auront été commis pour ce Géant !

Pour rappel, et nous ne sommes pas exhaustifs, la construction de l’itinéraire grand gabarit pour faire transiter les pièces de cet avion nous aura coûté : l’abattage d’au moins 500 arbres de grande taille, l’expropriation de 500 propriétés, dont 200 en Haute-Garonne, une vingtaine de kilomètres de bétonnage de route dans la forêt de Bouconne, etc...
Et sur la commune de Blagnac, la suppression d’une base de loisirs de 40 hectares, poumon vert de la ville et zone tampon entre les activités de l’aéroport et la ville, le bétonnage toujours plus important des pistes avec une largeur hors norme de 75m. Même si, au détour, la loi sur l’eau devait être un peu oubliée, et l’impact sur les nuisances sonores et la qualité de l’air bien peu pris en compte.

Mais il est vrai aussi qu’à l’époque nous avions comme représentant de l’État un grand visionnaire : « Dans vingt ans, on construira encore des A 380 » propos tenus par M. le Préfet Hubert Fournier (cf. Dépêche du Midi du 18 février 2003).

Tout cela prêterait à sourire. Mais nous nous en garderons bien, l’impact environnemental de l’A380 perdurera encore de nombreuses années.

Non, les Amis de la Terre ne regretteront pas la fin de ce Géant.
Ils sont amers, et certainement avec nous d’autres associations, de ne pas avoir été entendues et écoutées lors des nombreuses réunions publiques.

Tournons-nous vers l’avenir

Les élus, les industriels, les États, joueront-ils un jour le jeu de la transparence sur le trafic aérien ? Prendront-ils en compte la globalité des polluants émis par l’aviation ?
Il faut le dire et le répéter : plus le trafic aérien augmente, plus ses émissions de polluants augmentent (cf. Le Journal de l’Environnement du 5 juin 2018 http://www.journaldelenvironnement.net/article/transport-aerien-le-trafic-augmente-les-emissions-aussi,92017)

Comme tous les autres acteurs industriels, le secteur aéronautique devra contribuer aux efforts pour lutter contre le changement climatique.
 Sans relâche et avec pugnacité les Amis de la Terre rappelleront à tous les niveaux de ce secteur d’activités, qu’il doit prendre ses responsabilités.


Publié le dimanche 30 juin 2019.