Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


jeudi 12 mars 2020 : "Privatiser ou mettre en commun"


Derniers articles


Vendredi 14 Février 2020 : NUCLÉAIRE mon Amour, ... la SOUS-TRAITANCE


Manifeste pour l’interdiction des plastiques à usage unique d’ici 2025


Le président des Amis de la Terre France en garde à vue !


Samedi 14 Mars 2020 : ANNULATION de la Marche Pour Le Climat à Toulouse


Grand Oral pour le Climat : Publication de la synthèse


jeudi 12 mars 2020 : "Privatiser ou mettre en commun"



Manifeste pour l’interdiction des plastiques à usage unique d’ici 2025




Les ATMP ont décidé de relayer et soutenir cette initiative émanant des Présidents de DECOSET et du SMICVAL, syndicats de communautés de communes ayant la compétence de traitement des déchets.

Depuis 26 ans le syndicat mixte DECOSET s’occupe des DEchetteries, de la COllecte SElective, et du Traitement des déchets ménagers et assimilés pour les 36 communes du sud est toulousain qui composent le SICOVAL. Il se charge aussi du traitement des déchets des syndicats de communes du nord du département dont la ville de Toulouse. Il est composé exclusivement d’EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale), structures administratives regroupant plusieurs communes afin d’exercer certaines de leurs compétences en commun....Ce qui représente pour la région toulousaine à peu près 1 000 000 d’habitants
Le SMICVAL, Syndicat Mixte Intercommunal de Collecte et de Valorisation des déchets du Libournais Haute-Gironde, assure sa mission de collecte et traitement des déchets sur un territoire de 141 communes auprès de plus de 190 000 habitants.

Nous, signataires de ce manifeste, demandons l’interdiction des plastiques à usage unique d’ici 2025.

Si la loi anti-gaspillage fixe pour la première fois une échéance à 2040 afin d’interdire la mise sur le marché des emballages plastiques à usage unique, celle-ci n’apparaît pas à la hauteur de la situation alarmante actuelle. Aujourd’hui, ce sont près de 250 kg de plastiques qui finissent dans les océans chaque seconde, et chaque année, 80.000 tonnes de plastiques sont perdues dans la nature.
Comment prétendre mieux gérer nos déchets si nous continuons d’en produire ? Depuis plus de quarante ans, la gestion de cette compétence est dominée par une vision techniciste qui se contente de traiter les conséquences de la production de déchets. L’extension des consignes de tri revient finalement à accepter que chaque année des millions de tonnes de déchets plastiques continuent à se répandre dans l’environnement.
Il est temps que le monde industriel et les metteurs sur le marché prennent leurs responsabilités. Il est plus qu’urgent que nous, citoyens, collectivités, associations, nous nous emparions de la transition écologique et devenions acteurs du changement.
Visons une réduction à la source des déchets, plaçons-nous dans un contexte de non-destruction de la matière. Nous n’avons pas pour priorité de chercher à faire de nos déchets des ressources, mais de ne pas transformer nos ressources en déchets.
Alors traitons les causes, plutôt que les conséquences. Il est temps de redonner conscience du pouvoir d’action de chacun, au-delà de l’acte de consommation.

Le meilleur des déchets reste celui que l’on ne produit pas.

Nous, signataires de ce manifeste, demandons l’utilisation du levier fiscal au profit des territoires pour accompagner la transition.

Les fonds de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) et le produit des éco-contributions, qui atteignent le milliard d’euros annuel, permettront d’aider les collectivités. Pour l’heure, une partie de ces flux financiers sont dirigés vers l’État et noyés dans son budget général. Cette situation est aberrante. Il est souhaitable que ces ressources financières soient entièrement dirigées vers les territoires et dans une enveloppe budgétaire consacrée uniquement à cette transition. Elles ne seront plus à orienter dans un système à bout de souffle, mais dans l’animation d’une nouvelle citoyenneté environnementale.

Ce basculement, s’il se veut progressif, est un changement de paradigme, un véritable projet de société qui entraîne des évolutions profondes des habitudes sociétales. Favoriser des changements de comportements sera la clé de cette transition dans laquelle l’État, les collectivités territoriales, les industriels ont, chacun, une responsabilité à prendre.

L’heure n’est plus aux paroles, mais aux actes.
Ensemble, soyons à la hauteur des enjeux et agissons pour l’environnement.

Les Amis de la Terre Midi Pyrénées invitent ses adhérent.e.s et sympathisant.e.s à signer ce manifeste en ligne à http://stopplastiques2025.fr/


Publié le jeudi 19 mars 2020.