Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 26 Juin 2024 : Réunion publique « Le zéro artificialisation nette est-il en bonne voie ? »


Derniers articles


Support de l’exposé de la réunion publique du 27 juin


Projections-débats autour du film « Alliances terrestres »


Un nucléaire assoiffé et des EPR(s) hydrophiles...


Alerte : espèce protégée menacée sur la friche municipale de Bordeblanche à Toulouse


Prairie des Filtres juin 2024


Hommage à Claude Thirriot



La duperie des Aménagements Ferroviaires Nord Toulousains




par Jean Olivier, Ami de la Terre

Le 08 avril 2024, les Amis de la Terre Midi-Pyrénées et Alternative LGV Midi-Pyrénées ont déposé un recours gracieux contre l’arrêté préfectoral d’autorisation environnementale du 09 février dernier qui donnait un feu vert aux Aménagements Ferroviaires au Nord de Toulouse (AFNT). Pourquoi ?

La raison d’être des AFNT

Loin d’être le projet vertueux que ses promoteurs pré-tendent, ces AFNT ne s’accompagnent ni de haltes ni de cadencements supplémentaires pour les T.E.R. Bien au contraire : ils se traduiraient par une perte de capacité pour les trains du bloc Nord-Est. Celle-ci passerait schématiquement de 2 voies à 1,5 voie disponible aux abords de la gare, réduisant d’autant les possibilités de cadencement aujourd’hui possibles pour les lignes Toulouse Figeac-Aurillac-Clermont-Ferrand, Toulouse- Albi-Carmaux-Rodez et … Toulouse Castres-Mazamet ! Qui plus est, la dégradation des capacités de cadencement pourrait s’étendre à la ligne Toulouse-Narbonne du fait de l’absence d’un « saut de mouton » [1] initialement prévu au Nord de la gare Matabiau pour une meilleure présentation des trains, impactant ainsi la circulation vers le Sud-Est.
Mais alors pourquoi de tels aménagements, a fortiori pour un coût atteignant la modique somme de 1 milliard d’euros (à la charge des contribuables et des usagers) ? La véritable raison d’être de ces AFNT est l’arrivée de la LGV Bordeaux-Toulouse, laquelle accompagnerait la création d’un quartier d’affaires à Toulouse et de l’explosion du prix de l’immobilier et des loyers, qui serait symbolisé par la fameuse Tour Occitanie.

Des rapprochements à faire avec l’A69

Après la mobilisation contre le projet d’autoroute d’A69 Toulouse-Castres, ces AFNT et sa LGV à venir pourraient bien représenter le prochain grand projet inutile et imposé suscitant une forte mobilisation dans la région. Hasard ou pas, il y a un lien direct entre la contestation de l’A69 et la contestation de ces AFNT. Tout comme pour le projet d’autoroute, la recherche d’alternative, notamment par l’amélioration de l’existant, n’a pas été sérieusement étudiée. Pourtant des marges d’amélioration existent : l’ambition pour la fréquentation en 2040 des trois voies existantes reliant Toulouse à Montauban n’est que de 150 à 200 trains par jour, tandis que la même capacité à proximité de Lausanne permettait en 2020 de faire circuler 670 trains par jour.

Comme sur le tracé de l’A69, des alignements de platanes, la biodiversité, la ressource en eau et plus généralement le cadre de vie seraient affectés pour une infrastructure de transports qui serait largement injustifiée et sous-utilisée, véritable injustice sociale et écologique.. Ici comme ailleurs, nous demandons donc l’optimisation de l’existant !

[1Il s’agit d’un ouvrage (pont, tranchée ou court tunnel) permettant le croisement de deux voies ferrées.


Publié le samedi 1er juin 2024.