Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 26 Juin 2024 : Réunion publique « Le zéro artificialisation nette est-il en bonne voie ? »


Derniers articles


Support de l’exposé de la réunion publique du 27 juin


Projections-débats autour du film « Alliances terrestres »


Un nucléaire assoiffé et des EPR(s) hydrophiles...


Alerte : espèce protégée menacée sur la friche municipale de Bordeblanche à Toulouse


Prairie des Filtres juin 2024


Hommage à Claude Thirriot



Hold up sur le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy !




par Christine Viarouge, Amie de la Terre Midi-Pyrénées

Un deuxième projet de centrale photovoltaïque en projet jouxte celui de la centrale TotalEnergies sur le Causse de Tour-de-Faure (Lot).

Deux projets similaires

Vous avez pu lire dans la Feuille Verte Automne 2023 – Hiver 2024 l’article sur la lutte de l’Association environnementale Lot Célé (AELC) pour préserver le vivant et faire annuler un projet de TOTAL-QUADRAN, fíliale mandatée par TOTALENERGIES pour implanter sur le territoire de Tour-de-Faure (Lot), une centrale photovoltaïque de 20 ha.
Le projet concerne 19 ha de forêt et de pelouse sèche où 7000 arbres seront abattus, dans un site unique à la biodiversité exceptionnelle du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy (PNRCQ) / Geoparc Mondial de l’UNESCO, et proche d’une zone Natura 2000.

Sitôt présenté, le projet TotalEnergies sur le Causse de Tour-de-Faure apparaissait comme le cheval de Troie d’un projet beaucoup plus ample : le tracé de la ligne de raccordement, de Tour-de-Faure à Cajarc, laissait planer toutes les suspicions sur l’ampleur des destructions possibles dans cette région.
À peine le projet TotalEnergies était-il signé par la Préfecture le 17 janvier 2023, qu’un projet de deuxième usine photovoltaïque était mis en chantier, projet dont nous apprenons aujourd’hui la formalisation sur 19 ha de forêts, en cogestion avec les services de la DDT du Lot.
Ce deuxième projet, porté par la société Trinasolar, ne diffère pas du premier dans ses graves atteintes environnementales, déforestation, et dégradation du bassin versant du Lot médian. Qui plus est, il contrevient au futur Plan Local d’Urbanisme intercommunal qui demande que la localisation des projets d’EnR (énergies renouvelables) soit compatible de la charte du PNRCQ, charte qui ne permet le développement du solaire au sol que sur des surfaces déjà artificialisées.
Ce projet, comme le précédent, va à l’encontre de la politique du Conseil Départemental du Lot, et du PNRCQ, tant il privilégie des intérêts privés au détriment des habitants et au mépris de leurs élus par une main-basse des industriels sur le territoire.

• Projet TotalEnergies
Ce projet porterait atteinte à 11 hectares de pelouses sèches et détruirait 7 000 arbres, de nombreuses espèces menacées seraient directement impactées (9 espèces d’orchidées, 15 espèces de chauve-souris, 8 espèces de mammifères, 22 espèces d’oiseaux dont 16 protégées, 3 espèces de reptiles...).

• Projet TrinaSolar
La société TrinaSolar (filiale récente d’une entreprise chinoise), dirigée par l’ancien directeur régional Total Quadran Sud espère à son tour détruire 20 ha de forêts pour installer une seconde usine photovoltaïque en déposant en septembre 2023 une demande de permis de construire.

Le juridique : où en est-on ?

Concernant le projet de TotalEnergies, AELC a lancé deux recours contentieux, en début d’année 2023 : le premier sur le permis de défrichement et le second sur le permis de construire. AELC n’ayant pas 2 ans d’existence au moment du dépôt du permis de construire TotalEnergies, nous avons dû solliciter l’appui d’une autre association pour porter ce recours. Canopée, qui protège les forêts en France et dans le monde, a accepté de porter ce recours. Cependant, il a été rejeté au motif que l’association Canopée n’aurait pas d’ « intérêt à agir » pour ester au tribunal en faveur d’un projet de 19ha. Nous avons formé un appel dont l’audience s’est tenue le 4 avril dernier a abouti à un deuxième rejet du tribunal sur les mêmes arguments factices d’absence d’intérêt à agir de Canopée. Le sujet de fond de la destruction du vivant n’a donc jamais été abordé au cours de cette instruction, qui a statué au profit de TotalEnergies. Le défrichement pourrait donc commencer en septembre. Nous examinons les possibilités de poursuivre cette démarche juridique. Mais nous avons besoin pour cela de moyens financiers.

Concernant le projet TrinaSolar, nous formulerons un avis défavorable au cours de l’enquête publique et déposerons un recours contentieux si le permis de construire est délivré.

Adopte un arbre

Nos arbres sont encore debout ! Pour les protéger, vous pourrez en adopter un symboliquement. Soyez nombreux à soutenir cette démarche depuis notre site de AELC !

En résumé :

Le Lot est soumis à une pression forte pour le développement de tels projets. Dans le département, leur surface cumulée atteint 284 ha, dont 118 ha dans le PNRCQ. D’autres départements sont aussi impactés, tel le Tarn-et-Garonne. La destruction de la biodiversité, si ces projets se multiplient, va être massive et irréversible.
Le photovoltaïque a sa place sur les surfaces déjà artificialisées, pas sur les terres agricoles ou forestières.
Nous poursuivrons notre lutte dans ce sens malgré les jugements superficiels des tribunaux.


Publié le samedi 1er juin 2024.