Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Derniers articles


Jeudi 1er Février 2024 : Projection - débat « Quelle place pour l’individu citoyen dans la lutte contre le dérèglement climatique ? »


Samedi 27 Janvier 2024 : Rassemblement contre le projet de prison à Muret


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Samedi 27 Janvier 2024 : Table ronde « Cugnaux + 4 degrés… Qu’es aquò ? »


Mercredi 17 Janvier 2024 : ZAC du Rivel - rassemblement de soutien d’une famille d’agriculteurs expulsée


Contrer le lobbying du Conseil Régional pour piétiner le Zéro Artificialisation Nette



Démolition du patrimoine toulousain de l’avenue de Lyon




Dés le 1 er mars 2021, l’Établissement Public Foncier Local (EPFL) du Grand Toulouse démarre la démolition du bâti toulousain historique du 5 au 9 et du 12 au 16 de l’avenue de Lyon.
Malgré sa dégradation volontaire depuis 40 ans, toute comme l’avait été en son temps d’autres quartiers du centre ville historique, l’avenue de Lyon était un quartier commercial et bourgeois de la fin du XIX siècle à l’entrée de la route vers Albi, adapté à une mode de vie à l’échelle des piétons. Il est constitué d’un bâti de
haute qualité, avec tout le savoir-faire bimillénaire et artistique d’utilisation de la terre et adapté à notre climat.

Nos élu.es ont décidé (à travers Europolia) de détruire ce patrimoine, d’engager de fortes dépenses d’énergie et de pollution pour tout détruire puis déplacer des milliers de tonnes de gravats.
Et cela, pour le remplacer par des tours et barres d’acier, verre et béton, comme on en trouve à des milliers d’exemplaires partout dans les villes du monde.

Comme le prouvent toutes les démolitions passées, ce ne sera ni plus beau, ni plus
adapté à la convivialité urbaine. Par le passé, le succès de la rénovation des quartiers du centre ville de Toulouse montre que la rénovation et la modernisation de ce type de bâti constituent une bien meilleure solution.
Aujourd’hui, il faut bâtir avec les technologies du jour, écologiques, locales et urbaines, c’est à dire rénover l’existant et intégrer les nouveaux bâtis.
Tel n’est pas le point de vue des élu.es d’Europolia, qui ont sans doute d’autres priorités.
Ce 1 er mars aura été un jour de tristesse pour Toulouse.


Publié le lundi 8 mars 2021.