Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 28 Février 2024 : Conférence « De nouveaux horizons pour la filière aéronautique à Toulouse ? »


Derniers articles


Jeudi 29 Février 2024 : Projection-débat « Pourquoi on se bat »


Mercredi 28 Février 2024 : Conférence « De nouveaux horizons pour la filière aéronautique à Toulouse ? »


Projet de méga scierie dans le Tarn


Jeudi 1er Février 2024 : Projection - débat « Quelle place pour l’individu citoyen dans la lutte contre le dérèglement climatique ? »


Samedi 27 Janvier 2024 : Rassemblement contre le projet de prison à Muret


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »



3e prison de Muret : appel à dons pour le recours juridique




Après une Maison d’arrêt à Seysses et un centre de détention à Muret, deux établissements de 600 places, un nouvel établissement pénitentiaire de 615 places supplémentaires serait implanté à Muret.
Nous demandons que ce projet soit abandonné afin de mener notre Région, notre Société, vers des choix plus respectueux de l’environnement et des droits humains.
Le collectif La troisième prison à Muret, c’est non ! regroupe des citoyens et des citoyennes, la Ligue des Droits de l’Homme, l’association CESAAM et les Amis de la Terre Midi-Pyrénées, qui s’opposent depuis les premières annonces à ce projet pour défendre les droits et les libertés, l’environnement et le monde agricole.

Ce projet est présenté comme la solution à la surpopulation carcérale. Depuis 30 ans, le parc carcéral a augmenté de 60% toujours sans résoudre les questions de surpopulation et l’indignité des conditions de détention. Un changement radical de nos politiques pénales et pénitentiaires est plus que jamais à l’ordre du jour pour mettre un terme à toujours plus de prisons au détriment de mesures alternatives d’insertion et de prévention, mais aussi de la rénovation de l’existant. Persister dans la construction de nouvelles prisons n’est pas la solution et notre pays doit s’orienter vers la mise en place d’une politique de réduction carcérale à l’instar de nos voisins européens qui enregistrent une déflation et vident leurs établissements. Preuve est aujourd’hui faite que des solutions existent autres que la construction de nouvelles prisons.

Ce projet de 615 places est prévu sur une surface de 17ha de terres agricoles protégées et d’espaces naturels à Labastidette sur la commune de Muret. S’il voit le jour, il aura des conséquences écologiques irréversibles et dévastatrices sur les écosystèmes locaux et la biodiversité. Il entraînera la destruction de zones boisées et agricoles, d’un milieu naturel très diversifié avec une friche de plus de 20 ans, d’habitats naturels et d’espèces animales et végétales protégées. Il impliquerait la déviation du canal de Peyramont qui irrigue les terres agricoles et assure un réseau de continuités écologiques de certaines espèces. Alors que le stockage de l’eau est un enjeu majeur dans les années à venir, si ce projet devait se réaliser, l’obligation de dévier le canal de Peyramont fragiliserait l’approvisionnement des nappes phréatiques déjà fatalement impactées par l’imperméabilisation du sol. Face à un été caniculaire, aux incendies, à la sécheresse, nous constatons que le dérèglement climatique est bien engagé, ce projet va à l’encontre des mesures à prendre !

Ce projet est situé à proximité immédiate de la zone de loisirs des Bonnets ainsi que dans un périmètre de moins de 200 mètres de rrésidences d’exploitations agricoles, d’un lotissement, d’une aire des gens du voyage. Une augmentation significative de 900 véhicules par jour sur des routes déjà saturées.

Ce projet est imposé en dehors de tout débat démocratique.
L’enquête publique reprend ces éléments et le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable à la déclaration d’utilité publique du projet.
La commune de Muret, la communauté d’agglomération du Muretain, le Département de Haute Garonne ou encore la chambre d’agriculture de Haute Garonne ont également émis un avis défavorable.
Malgré ces avis défavorables, le Préfet de la Haute Garonne et d’Occitanie rend un arrêté de déclaration d’utilité publique. Cet arrêté fait l’objet de recours judiciaires de la commune de Muret et des riverains.

Un recours judiciaire porté par la Ligue des Droits de l’Homme, l’association CESAAM et les Amis de la Terre Midi-Pyrénées est également déposé contre l’arrêté préfectoral portant dérogation aux interdictions relatives aux espèces protégées publié le 20 février 2023.

Depuis 2019, le collectif mène des actions à suivre sur le site. Les différents documents mentionnés ci-dessus sont également disponibles sur le site.

Pour pouvoir mener sur le long terme l’action juridique, sans être freiné par le manque d’argent, nous faisons appel à votre soutien dans cette lutte qui croise des enjeux démocratiques, sociaux et environnementaux.

Faites un don sur HelloAsso


Publié le jeudi 23 novembre 2023.