Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 Avril 2024 : Conférence débat « La polyactivité choisie »


Derniers articles


Samedi 11 Mai 2024 : La Base Toulouse fête son anniversaire - 1 an !


Mercredi 1er Mai 2024 : BAZAR au BAZACLE


Projet industriel de transformation du bois dans le Tarn


Pollution aux hydrocarbures de la Garonne par la centrale de Golfech


Du 13 au 21 Avril 2024 : Cyclo-retour pour Une Autre Voie


Recours Gracieux contre les AFNT / LGV



Recours Gracieux contre les AFNT / LGV




Communiqué :

Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées et Alternative LGV Midi-Pyrénées contestent le bien fondé et la légalité de l’arrêté préfectoral d’autorisation environnementale du 09 février dernier qui donnait un feu vert aux Aménagements Ferroviaires au Nord de Toulouse (AFNT). Pourtant une quinzaine d’associations et collectifs avaient déposé des avis négatifs ou réservés lors de l’enquête publique ouverte fin 2023, sans qu’aucune considération ou réponse sérieuse n’y ait été apportée, bien au contraire.

Un recours, gracieux (à ce stade), a ainsi été déposé ce lundi 08 avril 2024 auprès du Préfet d’Occitanie et de Haute-Garonne, pour le retrait de cet arrêté préfectoral donnant l’autorisation environnementale pour que ce projet puisse commencer.

En effet, loin d’être le projet vertueux que ses promoteurs prétendent, et loin d’améliorer franchement les trains du quotidien et de proximité, ces AFNT sont dans l’unique objectif de la LGV et du monde des affaires réservées au plus fortunés qu’elle prétend importer jusqu’à Matabiau (et sa Tour) en gentrifiant le quartier toujours plus et en faisant payer le coût élevé (près de 1 Milliard €) à l’ensemble des contribuables et usagers qui verront pour beaucoup leurs trains du quotidien et leur accès au logement se dégrader davantage encore.
La balance inconvénients/avantages de ces AFNT est négatif : Les trains du quotidien et de proximité du Nord de Toulouse ne bénéficieront pas de réels moyens, comme des haltes et des cadencements supplémentaires. Dans le même temps ces AFNT signifient une dégradation des capacités de cadencement pour les trains du Nord-Est (Montastruc, Saint-Sulpice, Tarn, Aveyron, Lot, Cantal…) et du Sud-Est (Labège, Villefranche de Lauragais, Castelnaudary…).

Comment accepter un tel projet, au coût économique et écologique aussi lourd, pour une qualité de service très peu ambitieuse et confuse, et même clairement négative pour plusieurs parties du territoire ?

Après la mobilisation contre le projet d’autoroute d’A69 Toulouse-Castres, ces AFNT et sa LGV à venir pourraient bien représenter le prochain grand projet inutile et imposé suscitant une forte mobilisation dans la Région.

Hasard ou pas, il y a un lien direct entre la contestation de l’autoroute A69 et la contestation de ces AFNT. En effet, ces AFNT destinées à l’arrivée de la LGV Bordeaux-Toulouse au Nord de la gare Matabiau se traduiraient par une perte de capacité à proximité nord de la gare de Toulouse Matabiau passant schématiquement de 2 voies à 1,5 voie disponible pour les trains du bloc Nord-Est au Nord immédiat de Toulouse Matabiau, réduisant d’autant les possibilités de cadencement aujourd’hui possibles pour les lignes Toulouse Figeac-Aurillac-Clermont-Ferrand, Toulouse Albi-Carmaux-Rodez et … Toulouse Castres-Mazamet, alternative ferroviaire à l’A69. Ces AFNT entraîneraient aussi la dégradation du potentiel pour les trains du Sud-Est (Labège, Villefranche, Castelnaudary...) du fait de l’absence d’un saut de mouton initialement prévu au Nord pour une meilleure présentation des trains à Matabiau, impactant ainsi la circulation vers le Sud-Est.

La recherche d’alternatives et d’une meilleure utilisation de l’existant n’a pas non plus été sérieusement étudiée ici. Or, le bon usage des infrastructures existantes devrait pouvoir être amélioré (3 voies déjà existantes et très mal utilisées entre Toulouse et Montauban, visant poussivement tout juste 150 à 200 trains par jour à horizon 2040, là où 3 voies des environs de la gare de Lausanne en Suisse permettait jusqu’en 2020 de faire passer 670 trains/jour, les capacités ayant encore été augmentées depuis par une quatrième voie, mais dont on comprend là-bas l’utilité).

Comme sur le tracé de l’A69, des alignements de platanes, la biodiversité, la ressource en eau et plus généralement le cadre de vie seraient affectés pour une infrastructure de transports qui serait largement injustifiée et sous-utilisée. Ici comme ailleurs, nous demandons donc l’optimisation de l’existant.

Consultez le communiqué complet qui contient, en annexe, un schéma cartographique de l’impact négatif des AFNT pour les trains du bloc Nord-Est :


Publié le mardi 9 avril 2024.