Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 26 Septembre 2018 : Conférence / débat "Les impostures de la dissuasion"


Derniers articles


Samedi 13 Octobre 2018 : « PLUS QU’UNE MARCHE POUR LE CLIMAT »


Jeudi 27 septembre 2018 : Vélo Parade du Tour Alternatiba


Dimanche 30 Septembre 2018 : Foire GARO’BIO


Dimanche 30 Septembre 2018 : Eau, mon amour ! Débats et concerts au Port Viguerie


Dimanche 23 Septembre 2018 : Village des Alternatives à Ramonville


Samedi 22 Septembre 2018 : MARCHONS POUR LA PAIX



Samedi 13 octobre 2012 : journée nationale d’action anti-nucléaire




Rassemblement à Malvési et Narbonnes (11)

Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées ont organisé un bus militant et convivial.

Ce bus a participé au rassemblement à 13h00 devant l’usine AREVA « Comurhex » à Malvési et à 15h00 pour le défilé dans les rues de Narbonne.

« Malvezi Comhurex » .... qu’est-ce que c’est ?
Depuis le début de l’histoire atomique française, dans une discrétion totale, un des piliers de la chaîne atomique française se « cache » à Malvezy, dans la banlieue de Narbonne.

Quelle matière première arrive à Malvezi ?

Un poison délibérément mal dénommé « gâteau jaune » (Yellow cake) - arrive à Malvezi essentiellement par bateaux du Niger ou il a été extrait à grand coût humain et environnemental. En effet, le minerai d’uranium, prisonnier dans la roche depuis des millénaires, est extrait après concassage, broyage et attaque à l’acide sulfurique. Les « stériles » et résidus chimiques, laissés sur place par les exploitants, percolent leurs poisons mortels dans les eaux et les poussières sont dispersées par les vents,

Qu’est-ce qui sort de Malvezi ?

Du « tétrafluorure d’uranium », solide bleu vert, toujours très dense, obtenu après une grande cuisine chimique. Cet élément partira dans la vallée du Rhône pour consommer encore beaucoup d’énergie et de de chimie pour devenir du tétraflorure d’uranium... avant d’être enrichi et d’être transformé en pseudo combustible.

Et entre temps une foultitude de procédés chimiques polluants se déroulent sur le site de Malvezy... d’immenses bassins artificiels décantent et dispersent chimie et radioactivité dans l’environnement de Narbonne : à quand une étude épidémiologique autour du site réclamée par les Amis de la Terre en 2009 ? A quand l’arrêt et la reconversion du site ?


Publié le jeudi 4 octobre 2012.