Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 21 décembre 2022 : pas de réunion mensuelle


Derniers articles


LGV Bordeaux Toulouse


Tour Occitanie : Communiqué suite à l’arrêt du Conseil d’État du 27 décembre 2022


AUTOROUTE CASTRES-TOULOUSE, obtenons le refus de l’autorisation environnementale


Autoroute CASTRES-TOULOUSE (A69) : un semblant d’enquête publique ?


Référé des Amis de la Terre Midi Pyrénées contre l’autorisation environnementale pour la 3ème ligne de métro à Toulouse : rejeté !


Fin du débat public Incinérateur du Mirail ! Décoset et la Métropole doivent revoir leur copie



Mercredi 25 Septembre 2013 : réunion publique L’insoutenable « modernisation » de l’élevage




19h30/20h30 : soirée de rentrée avec buffet libre composé des plats et boissons amenés par les convives (merci d’apporter vos verres et couverts et on tend toujours vers le « 0 déchet »)

20h30 :

Projection-débat de « Mouton 2.0 » (77 mn) sur le puçage des animaux avec des éleveurs du collectif « Faut pas pucer »

La modernisation de l’agriculture d’après guerre portée au nom de la science et du progrès ne s’est pas imposée sans résistances. L’élevage ovin, jusque là épargné commence à ressentir les premiers soubresaut d’une volonté d’industrialisation. Depuis peu une nouvelle obligation oblige les éleveurs ovins à pucer électroniquement leurs bêtes. Ils doivent désormais mettre une puce RFID, véritable petit mouchard électronique, pour identifier leurs animaux à la place de l’habituel boucle d’oreille ou du tatouage. Derrière la puce RFID, ses ordinateurs et ses machines il y a tout un monde qui se meurt, celui de la paysannerie. Dans le monde machine, l’animal n’est plus qu’une usine à viande et l’éleveur un simple exécutant au service de l’industrie. Des gens de tous horizons voient également dans cette mesure un pas de plus vers une volonté de contrôle total afin d’amener l’élevage vers d’autres aménagements futurs, sur le terrain de la génétique notamment. A l’écoute des bergers, des éleveurs nous tentons de comprendre ce métier et, à travers leurs regards, nous ouvrons les yeux sur le danger d’une société industrielle et frénétique

Voir la localisation


Publié le lundi 16 septembre 2013.