Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 25 Avril 2018 : Soirée débat "Effondrement sociétal"


Derniers articles


Notre contribution à l’enquête publique sur le PLUi-H de Toulouse Métropole


Samedi 19 Mai 2018 : On fait la fête à Monsanto & Co


Pétition : La France doit signer le Traité d’interdiction des armes nucléaires


Vendredi 6 Avril 2018 : Projection-débat "Fukushima : Les voix silencieuses"


Samedi 24 Mars 2018 : Etats généraux de l’eau et de l’assainissement


Mercredi 28 Mars 2018 : Soirée "Zéro Déchets"



Jeudi 8 et Vendredi 9 Mars 2017 : Conférence Gesticulée " Auto-Stop Bure "




Jeudi 8 mars 2017 à 12:30 à l’Université Toulouse - Jean Jaurès (bâtiment exact à confirmer)

PRIX LIBRE DE SOUTIEN - Infokiosque

Vendredi 9 mars 2017 à 20:30 à l’Espace Job (105 route de Blagnac)

PRIX LIBRE DE SOUTIEN - Buvette sur place - Infokiosque

Pour cette nouvelle soirée de soutien à la résistance à la poubelle nucléaire nommée CIGEO, nous accueillons Marie Béduneau, militante contre ce projet d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, pour sa conférence gesticulée sur le sujet.

Comment parler du nucléaire en faisant de l’auto-stop ?

Pourquoi et comment affirmer son opposition au nucléaire lorsque l’on est pas un.e « expert.e » ?

« Le nucléaire a beau être la fierté française, le sujet n’en est pas moins tabou. C’est un sujet qui semble au 1er abord réservé aux spécialistes. Alors comment peut-on refuser un projet d’enfouissement de déchets nucléaires et réussir à faire entendre sa voix quand on n’a pas le titre d’« expert.e » ? Souvent l’on m’a demandé ce que je « faisais » dans la vie, et souvent j’ai eu du mal à répondre à cette question. Cette question on vous la pose souvent en stop. Aussi, longtemps j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis.

Mais ce n’est pas avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. J’ai envie d’en parler avec ce que je ressens, avec la colère qui m’anime quand je comprends tout ce qu’implique la logique nucléaire : exploitation des sols et des personnes dans les mines d’uranium, pollution, corruption, … Avec la tristesse que je peux ressentir aussi, et aussi avec ce sentiment d’injustice, et celui de ne pas pouvoir être écoutée.

La conférence gesticulée permet tout ça. »


Publié le lundi 26 février 2018.