Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 22 Mai 2024 : Réunion publique « Choisir sa banque ou comment influer sur les investissements financiers »


Derniers articles


Samedi 11 Mai 2024 : La Base Toulouse fête son anniversaire - 1 an !


Jeudi 23 Mai 2024 : Projection - débat autour du film « SŒURS DE COMBAT »


Mercredi 22 Mai 2024 : Réunion publique « Choisir sa banque ou comment influer sur les investissements financiers »


Mercredi 1er Mai 2024 : BAZAR au BAZACLE


Projet industriel de transformation du bois dans le Tarn


Pollution aux hydrocarbures de la Garonne par la centrale de Golfech



Communiqué de presse : La Tour Occitanie - ce qui est à la « hauteur » de Toulouse




Les associations Non au Gratte-ciel de Toulouse-Collectif pour un urbanisme citoye, Amis de la Terre Midi Pyrénées, France Nature Environnement Occitanie- Pyrénées et Droit au Logement 31, opposantes à la Tour Occitanie, réagissent aux propos tenus par Philippe Journo sur radio France Bleu Occitanie :

Ce n’est pas à Philippe Journo, Président fondateur de la Compagnie de Phalsbourg de décider de ce qui est à la hauteur de Toulouse mais aux Toulousains !

Le Maire de Toulouse Jean Luc Moudenc avait d’ailleurs soigneusement évité le sujet du gratte-ciel lors des élections municipales de 2020 car il savait que la majorité des habitants étaient contre ce projet de Tour Occitanie.

Oui, depuis le dépôt de la demande de permis de construire les choses ont effectivement évolué, mais pas comme le dit le promoteur : Les effets du réchauffement climatique est de plus en plus perceptibles par les Toulousains et ils sont de plus en plus nombreux à demander aux responsables une prise en compte effective de cette question cruciale dans leurs décisions. Ils savent bien que face aux enjeux d’un futur proche plus chaud avec des épisodes caniculaires plus fréquents et plus longs et la raréfaction des ressources notamment en eau, ce projet est purement inutile. Les Toulousains n’en veulent pas et disent stop aux projets injustes, inutiles et imposés. Le promoteur qui annonce revoir son projet va-t-il enfin mesurer les impacts en émissions de GES de son chantier, des matériaux utilisés et du fonctionnement futur de la Tour ? Va-t-il profiter de la modification qu’il annonce pour enfin s’aligner sur les exigences de la norme énergétique actuelle de construction RE 2020 ?

Et après chantier, à quel prix le ruban végétal d’arbustes en pots pourra-t-il être arrosé ? Le prétendu signal architectural risque fort de marquer les esprits dans le temps comme étant le symbole d’un projet d’un autre temps.

Les Toulousains le savent bien et c’est fort mal les connaître de penser qu’ils n’attendent pour les années à venir qu’un « signe architectural » de béton et de verre qui n’abritera que des activités tertiaires haut de gamme.

SUR LE CONSEIL D’ÉTAT

Notre premier recours en Cassation auprès du Conseil d’État portait sur notre impossibilité d’exercer un appel sur notre recours de demande d’annulation du permis de construire du gratte-ciel. Le Conseil d’État nous a donné raison contrairement aux conclusions du Rapporteur Public. Notre éventuel prochain recours en Cassation près du Conseil d’État portera sur un autre sujet que celui évoqué par le promoteur, qui essaie de semer la confusion

UN GRATTE-CIEL ANNONCÉ AUX TOULOUSAINS DEPUIS CANNES EN MARS 2017

Non seulement les Toulousains et les associations n’avaient ni été consultés, ni même informés mais ils avaient été trompés puisque le Plan Guide Urbain 2016 avait été publié sans mention du projet de « l’Occitanie Tower » dévoilé au salon du MIPIM.... à Cannes (voir l’article de Actu Toulouse)


SUR L’ABSENCE DE LOGEMENTS SOCIAUX DANS LE PROJET DE TOUR OCCITANIE

Si nous les associations n’étions pas intervenues, le promoteur n’auraient pas eu à financer les logements sociaux dans un quartier populaire assez éloigné. La Compagnie de Phalsbourg aurait économisé plusieurs millions d’euros ; il économise néanmoins quelques millions puisque ces logements sociaux seront beaucoup moins chers à financer dans le secteur de l’avenue de Lyon que dans le gratte-ciel lui-même. Aujourd’hui il s’y engage d’ailleurs assez mollement.

Le signal donné par le projet de tour Occitanie est le projet « de trop" pour une ville qui devrait plutôt donner un exemple de sobriété. Pas de logements sociaux, pas de parking voitures, ni même pour les personnes à mobilité réduite, peu de places de vélos, contrairement à la réglementation. Le maire de Toulouse a fait voter une modification simplifiée du Plan Local d’Urbanisme pour permettre ces exemptions qui mettaient en jeu plusieurs millions d’euros et permettaient de donner un signal de gentrification.

SUR SON PROJET ICONIC À LA GARE DE NICE

Le promoteur en a parlé de manière élogieuse mais ICONIC, qui est loin de faire l’unanimité fait l’objet d’une enquête du Parquet National Financier. Le siège social et le domicile de Philippe Journo sauf erreur de notre part ont fait l’objet de perquisitions. Le chantier, qui avait duré 5 ans s’est embourbé. Certaines parties ont dû être démolies puis reconstruites. ICONIC vient d’être achevé et l’on verra si la rentabilité est au rendez- vous. L’enquête du Parquet National Financier n’est pas close et la Justice ne s’est donc pas prononcée.
Nous sommes loin du tableau idyllique brodé par Philippe Journo lundi matin sur la radio France Bleu Occitanie

CE QUE NOUS DEMANDONS

Toulouse est une ville moderne avec un plateau technologique qui n’a pas besoin de gratte-ciel, mais a plutôt besoin de conserver le maximum de convivialité et de simplicité pour que tous les habitants puissent vivre en bonne intelligence.

Nous proposons la réalisation d’un beau parc sur cet espace avec consignes à vélos et à bagages ! Loin d’une verrue au-dessus de nos têtes, faisons de cet espace un nouveau poumon pour Toulouse, îlot de fraîcheur si nécessaire.

La fierté des Toulousains serait certainement davantage d’habiter dans une Métropole plus sobre, plus verte, adaptée aux changements à venir. Nous demandons une vraie consultation générale des Toulousains sur ce projet car ils savent mieux que les autres ce dont ils ont réellement besoin pour les prochaines années


Publié le vendredi 23 février 2024.