Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 26 Juin 2024 : Réunion publique « Le zéro artificialisation nette est-il en bonne voie ? »


Derniers articles


Support de l’exposé de la réunion publique du 27 juin


Projections-débats autour du film « Alliances terrestres »


Un nucléaire assoiffé et des EPR(s) hydrophiles...


Alerte : espèce protégée menacée sur la friche municipale de Bordeblanche à Toulouse


Prairie des Filtres juin 2024


Hommage à Claude Thirriot



Contre la centrale photovoltaïque TOTAL ENERGIE dans le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy




par Christine VIAROUGE, amie de la Terre Midi-Pyrénées et membre de ASSOCIATION ENVIRONNEMENTALE LOT CELE (AELC) 46330 Cénevières

Une entreprise privée, TOTAL QUADRAN, filiale mandatée par TOTAL ENERGIE, bien connue pour sa « sensibilité environnementale » jette son dévolu sur le territoire de Tour-de-Faure (Lot), pour y implanter une centrale photovoltaïque.

Bel exemple de greenwashing
Le projet impacte 19 ha de forêt ou de pelouse sèche et implique l’abattage de 7000 arbres, dans un site à la biodiversité exceptionnelle du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, classé également Geoparc Mondial de l’UNESCO et proche d’une zone Natura 2000. Pour autant, il permettra à Total Quadran d’obtention des crédits carbone censées compenser les émissions du groupe et donc d’afficher une amélioration de son bilan carbone.
La procédure de délivrance du permis de construire : plusieurs avis défavorables...
Dans le cadre de l’instruction du permis de construire, accordé le 17 janvier 2023, le Parc Naturel régional des Causses du Quercy (PNR) et l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) ont exprimé des avis défavorables. De même, l’avis de la MRAe [1] pointe des déficiences dans la démonstration que la solution d’implantation retenue constitue une solution à moindre impact environnemental, l’absence de recherche alternative de site et l’absence de recherche de solutions d’évitement de ces incidences environnementales.

...et une communication légère
Ce projet a été conçu à bas bruit depuis plus de trois ans. La communication sur l’existence de l’enquête publique en vue de la délivrance du permis de construire a été très insuffisante :
 Absence d’affichage à destination des habitants des communes impactées et du voisinage proche qui n’en n’ont eu connaissance que par du bouche-à-oreille. La durée de l’enquête initialement de 1 mois a été rallongée de 15 jours (du 31 août 2022 au 16 octobre 2022).
 Communication vers les Mairies limitrophes au projet très incomplète ou inexistante. En effet, les communes directement riveraines du tracé de câblage n’ont été ni informées ni consultées. Cette enquête n’est donc pas à la hauteur d’un projet dont les impacts environnementaux et économiques dépassent largement la seule commune de Tour-de-Faure. Tout a été fait pour prendre l’opinion publique de vitesse !

Un projet qui en annonce d’autres ?
L’acheminement de l’énergie produite, sur une ligne de raccordement de 18 km vers le point de livraison de Cajarc (ignorée dans l’enquête publique), cheminant pour les deux tiers sur le Causse de Saint-Chels, permettra le raccordement en grappes d’autres centrales photovoltaïques. Des agriculteurs sont d’ores et déjà abondamment sollicités par des opérateurs rivés pour louer leurs terres sur ce parcours et y installer d’autres centrales photovoltaïques. La centrale de Total Quadran n’est que le cheval de Troie d’un projet beaucoup plus ample.

Quels impacts sur le territoire ?
On peut s’attendre à des impacts qui dépasseront largement le seul périmètre communal :
 sur le développement touristique (vert et culturel) assumé dans ces vallées, dans un site unique à la biodiversité exceptionnelle, face à Saint-Cirq-Lapopie, s’installant sur vingt mille ans d’histoire et de vestiges néolithiques,
 sur le développement des petites exploitations par la spéculation induite sur le foncier agricole et le détournement des terres agricoles de leur fonction nourricière, de leur rôle dans la réduction du réchauffement climatique.

Une opposition grandissante...
L’association AELC (Association Environnementale Lot Célé), créée à cette occasion, a lancé deux recours contentieux, début 2023 : l’un sur le permis de défrichement et l’autre sur le permis de construire. L’instruction est en cours et gèle le démarrage du chantier jusqu’au jugement. Néanmoins une veille quotidienne de la zone est mise en place par AELC. Depuis, l’opposition au projet grossit et s’organise. L’AELC n’a de cesse depuis fin 2022 d’informer et de mobiliser les habitants.
Différents types d’acteurs (élus, syndicats mixtes, associations environnementales) agissent chacun à leur niveau pour obtenir l’abandon du projet. Ainsi, une dizaine de maires et de conseils municipaux de communes avoisinant le site du projet ont exprimé leur opposition au projet en signant une motion commune reprenant l’argumentaire d’AELC. Des acteurs économiques, comme LOT Tourisme (agence de développement touristique) et la Confédération Paysanne du Lot ont manifesté leur soutien à la lutte de l’AELC. Les associations environnementales, telles que les ATMP, la LPO, FNE, le GNSA, ARBRES, Sites et Monuments, CANOPEE ont manifesté activement leur opposition à ce projet dans le cadre des actions menées depuis l’enquête publique.

...marquée par quelques temps forts
Le 5 mai 2023, une réunion publique a réuni 150 personnes. Le 18 mai, 250 personnes formaient une « parade de la nature » de la Plage de Saint-Cirq Lapopie jusqu’au Rocher. Le 27 juillet, une centaine de personnes se sont regroupées sur le chemin de la dorsale, auprès d’un mégalithe classé monument histo-rique. Le 13 août, une marche de 20 km depuis la cen-trale vers le point de raccordement à Cajarc a réuni 400 personnes, suivie d’une prise de parole d’élus locaux, de débats et de la projection du film de Camille Etienne et Solal Moisan « Pourquoi on se bat ». Le 9 septembre, le conteur lotois Michel Galaret a donné un spectacle au profit de l’AELC à la salle culturelle de Cènevières.

A venir
A la demande d’AELC, un rendez-vous avec la nouvelle préfète en poste depuis août 2023 devait se tenir le 07 décembre, en présence d’élus du Département, de la présidente du PNR et d’une dizaine de maires de communes avoisinantes qui ont tenu à manifester leur opposition à un projet qu’ils refusent profondément. Ce rendez-vous est reporté à janvier 2024.

La position de l’AELC sur la photovoltaïque
OUI au photovoltaïque sur les surfaces artificialisées et dans le cadre de projets citoyens.
OUI à l’application de la loi du 10 mars 2023 qui encadre la planification énergétique :

 Mobiliser les espaces déjà artificialisés pour le développement des énergies renouvelables
 Partager la valeur des projets d’énergie renouvelables avec les territoires qui les accueillent, comme le suggère le conseil Départemental du Lot : « des projets du territoire, par le territoire et pour le territoire ».

NON au photovoltaïque au sol, élément de greenwashing qui :
 rase des forêts pour lutter contre le réchauffement climatique et met en péril la biodiversité d’un site unique, - s’installe sur vingt mille ans d’histoire et de vestiges néolithiques,
 bouscule l’économie agricole par le renchérissement du prix des terres,
 met à mal l’économie de toute une région au profit d’intérêts privés.

Voir aussi le site de l’association : solairelot.fr, où se trouvent les liens vers le descriptif du projet et vers les argumentaires détaillés justifiant de notre opposition au projet

[1Mission Régionale d’Autorité environnementale


Publié le mardi 12 décembre 2023.