Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


jeudi 12 mars 2020 : "Privatiser ou mettre en commun"


Derniers articles


Vendredi 14 Février 2020 : NUCLÉAIRE mon Amour, ... la SOUS-TRAITANCE


Petite histoire urbaine de Toulouse Euro Sud Ouest (TESO)


Manifeste pour l’interdiction des plastiques à usage unique d’ici 2025


Le président des Amis de la Terre France en garde à vue !


Samedi 14 Mars 2020 : ANNULATION de la Marche Pour Le Climat à Toulouse


Grand Oral pour le Climat : Publication de la synthèse



jeudi 12 mars 2020 : "Privatiser ou mettre en commun"




Écoutez ou ré-écoutez ce débat sur Mém’Audio.

Rencontre-débat co-organisée par les Amis du Monde Diplomatique, les Amis de la Terre Midi-Pyrénées, ATTAC, Eau Secours 31, Espaces Marx, Réseau Semences Paysannes l’Université Populaire de Toulouse.

Avec la participation de :
Anne Isla pour la monnaie
Michel Metz pour les semences paysannes
Emmanuelle Helly pour les logiciels libres
Richard Simon-Labric pour les barrages
Lucien Sanchez pour l’eau

Débat animé par Olivier Flumian

Alors que la marchandisation croissante des activités humaines se développe, approfondissant la crise sociale et écologique à l’échelle planétaire, la notion de « Communs » est de plus en plus présente dans les débats publics.

Que se cache-t-il derrière ce terme ?
Comme principe , le « Commun » définit une norme d’inappropriabilité : pas ce que l’on ne peut pas s’approprier, mais ce que l’on ne doit pas s’approprier parce qu’il doit être réservé à l’usage commun.
Un « Commun » est une ressource partagée, matérielle ou immatérielle, portée par une communauté ayant une forme de gouvernance participative qui produit des règles et des normes pour son fonctionnement.

En quoi les « Communs » indiquent-ils une voie porteuse d’alternatives concrètes ?
À travers la logique des « Communs », c’est l’orthodoxie économique libérale qui est attaquée, puisque pour elle la propriété privée exclusive est toujours le meilleur système d’allocation des ressources rares or, il s’avère que le système marchand n’a pas fait preuve de sa capacité de vivre
dans les limites planétaires et que les systèmes de « Communs » sont souvent efficaces et évitent la surexploitation des ressources.
Les diverses composantes du mouvement des « Communs » opèrent une même remise en question de la propriété privée exclusive : les « Communs physiques » répondent en particulier à l’accaparement massif des terres ou de l’eau quant aux « Communs numériques », ils s’opposent à la privatisation de l’information et de la connaissance.
Hors du marché et de l’État, le « Commun » peut retrouver la mission propre au service public. Dans le cadre d’initiatives pouvant aller jusqu’à l’autogouvernement, l’État serait amené à jouer plutôt un rôle de garant ou d’initiateur en particulier par l’élaboration d’un cadre juridique que de réalisateur direct.
Les « Communs » invitent donc à revoir l’articulation entre la sphère marchande, les missions de l’État et ce qui peut être laissé à l’auto-organisation de collectifs librement constitués.
Cela peut donc s’appliquer à tout.

à 20 h 30 Salle du Sénéchal, 17 Rue de Rémusat à Toulouse (métro Capitole ou Jeanne d’Arc).
Entrée libre.


Publié le dimanche 1er mars 2020.