Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 21 décembre 2022 : pas de réunion mensuelle


Derniers articles


LGV Bordeaux Toulouse


Tour Occitanie : Communiqué suite à l’arrêt du Conseil d’État du 27 décembre 2022


AUTOROUTE CASTRES-TOULOUSE, obtenons le refus de l’autorisation environnementale


Autoroute CASTRES-TOULOUSE (A69) : un semblant d’enquête publique ?


Référé des Amis de la Terre Midi Pyrénées contre l’autorisation environnementale pour la 3ème ligne de métro à Toulouse : rejeté !


Fin du débat public Incinérateur du Mirail ! Décoset et la Métropole doivent revoir leur copie



L’avis des Amis de la Terre Midi-Pyrénées sur l’autoroute Toulouse-Castres




Voici l’avis des Amis de la Terre Midi-Pyrénées déposé dans le cadre de l’enquête publique.

En résumé, nous exprimons que vu la trajectoire que prend le dérèglement climatique et l’érosion gravissime de la biodiversité, nous ne pouvons que nous opposer à un projet d’autoroute. Mais nous n’en restons pas là :
1) Nous soulevons un manque de clarté des cartes de synthèse des enjeux environnementaux, ce qui est de nature à nuire à une bonne information du public.
2) Nous faisons une synthèse des avis des différents services ou instances consultés par l’Etat en amont de l’enquête (Mission Régionale d’Autorité Environnementale -MRAe-, Office Français de la Biodiversité, Conseil National de Protection de la Nature, etc.) qui mettent en évidence de grosses lacunes du dossier dans le diagnostic environnemental, dans la démarche d’évitement et de réduction des impacts, ainsi que dans la validité des mesures de compensation proposées.
3) Nous alertons sur la part de mythe (et de désillusions potentielles) inhérente à tout "désenclavement".
Nous concluons donc que ce projet serait un immense gâchis, d’autant que l’aménagement de la nationale existante impliquerait un impact bien moindre.

Il est réjouissant de constater que la MRAe, dont les avis sont préparés par les agents de la DREAL, qualifie elle-même ce genre de projet d’anachronique, expliquant qu’il s’inscrit en décalage complet avec les enjeux de notre époque. Sachant que les avis de la MRAe ont du poids en cas de recours, l’espoir est encore permis !


Publié le mercredi 11 janvier 2023.